Vendredi 21 mai 2021 - 17H30

Rencontre

« LA POÉSIE COMME MODE D’EMPLOI DU MONDE ? »

« LA POÉSIE COMME MODE D’EMPLOI DU MONDE ? »

Soirée proposée par les Midis de la Poésie

Entrée libre sur réservation RÉSERVER

Soirée en 3 parties proposée par les Midis de la Poésie en partenariat avec le Centre Wallonie-Bruxelles.

 

 

🔴 🎥// CET ÉVÉNEMENT SERA ÉGALEMENT DIFFUSÉ EN DIRECT SUR FACEBOOK ET YOUTUBE //

 

Détails de la soirée :

● 17h30 – « Editer de la poésie aujourd’hui »
Avec Mélanie Godin, Claire Stavaux & Alexandre Bord
Animée par Laura Cappelle
Table ronde

Après des études de lettres, Alexandre Bord devient libraire à la Librairie de Paris (Paris 17e) où il restera neuf ans. Depuis 2020 il dirige avec Cécile Coulon la collection « L’Iconopop » aux éditions de L’Iconoclaste.

En parallèle, il anime le podcast « Mort à la poésie » depuis 2017. Il a également préfacé Noir volcan de Cécile Coulon et l’anthologie du Printemps des Poètes 2021, tous deux publiés au Castor Astral.

Mélanie Godin multiplie ses rôles dans la promotion au sens large de la poésie. Elle est directrice des Midis de la Poésie à Bruxelles, enseigne la littérature dans une école d’art, archive des textes sous forme radiophoniques (Sonalitté), fait de la radio et, enfin, édite de la poésie aux éditions l’Arbre de Diane.

Claire Stavaux se passionne dès le plus jeune âge pour le théâtre, d’Avignon où elle passe son adolescence, à Berlin, où elle est comédienne au sein de la compagnie MOB (Macht Ohne Bühne). Également traductrice littéraire, elle a traduit les ouvrages de Clemens Setz, L’Amour au temps de l’enfant de Mahlstadt et Le Syndrome indigo publiés aux éditions Jacqueline Chambon. Depuis 2015, elle occupe les fonctions d’éditrice chez L’Arche éditeur, dont elle prend la direction en avril 2017. Elle crée la même année la collection « Des écrits pour la parole », impulsant un nouvel élan poétique.

 

● 18h30Maison-tanière, Autobiographie du rouge & La paume plus grande que toi
Lecture par Pauline Delabroy-Allard, Vanasay Khamphommala, Victoire de Changy accompagnée du violoncelliste Gaspar Claus 
Lecture musicale 

Les autrices Pauline Delabroy-Allard et Victoire de Changy et læ traducteur.ice Vanasay Khamphommala viendront lire des extraits de leur dernier ouvrage de poésie contemporaine. Iels seront accompagné.e.s par le violoncelliste Gaspar Claus.

Le premier roman de Pauline Delabroy-Allard, Ça raconte Sarah (Prix France Culture-Télérama) connu un grand succès critique et public. Elle a également publié deux ouvrages pour la jeunesse, Avec toi et Le dégât des eaux (éditions Thierry Magnier). Maison-tanière est son premier recueil de poèmes.

Vanasay Khamphommala vient au théâtre par la musique et l’opéra. Pour la scène et le livre, Vanasay traduit Shakespeare, Barker et Anne Carson (Autobiographie du rouge, L’Arche). Il écrit pour le théâtre : Faust (en collaboration avec Aurélie Ledoux), Orphée aphone, Rigodon !, Vénus et Adonis. Ses textes sont publiés par les éditions Théâtrales.

Dans une moitié de vie, Victoire de Changy travaille et crie pour la poésie. Dans l’autre, elle écrit. Elle a publié deux romans, Une dose de douleur nécessaire (Autrement, 2017 et J’ai lu, 2018), et L’île longue (Autrement, 2019 et J’ai lu, 2020), ainsi qu’un album pour la jeunesse, L’Ours Kintsugi (Cambourakis, 2019). La paume plus grande que toi (L’Arbre de Diane, 2020) est son premier recueil de poèmes.

Le violoncelliste Gaspar Claus s’affirme comme un conceptualiste lyrique, tour à tour méditatif et explosif, chérissant les idées pour leurs textures et la matière, inversement, pour ce qu’elle stimule l’imagination, qui est une pensée.

 

● 19h30« Luttes, lettres et forces »
Avec Bwanga Pilipili & Rokia Bamba
Lecture & musique 

L’autrice et comédienne Bwanga PiliPili viendra, entre hip-hop et poésie, dire les textes qui nourrissent son travail. Elle sera accompagnée par l’artiste sonore et DJ, Rokia Bamba.

« La poésie vient d’une cité Tout-Monde : Andromède

où le hip-hop transforme des bancs en trônes,

nos quartiers en constellations,

les jeux en rites.

où IAM nous apprend plus sur Notre Histoire que les pères de mon école jésuite.

Elle vient d’une cabane

où les Pendus de François Villon ont croisé les Poursuivants d’Édouard Glissant

où Maya Angelou est Nicky Minaj

où Ken Bugul est la source de Fatou, Léonora et les autres.

Ma poésie est Grands Lacs »

Originaire du Kivu, Bwanga Pilipili est diplômée de l’INSAS en 2012. Au théâtre, on la voit notamment dans « les Monologues du Vagin » mis en scène par Nathalie Uffner, dans « Une saison au Congo » de Aimé Césaire, mis en scène par Christian Schiaretti. Au cinéma, elle joue entre autres dans « Black » de Adil El Arbi et Billal Fallah et « Les empreintes douloureuses » de Bernard Auguste Kouemo. En 2018, elle écrit et met en scène « Datcha Congo », adaptation de « La Cerisaie » de Tchekhov, sur la scène du Tarmac des Auteurs à Kinshasa. Depuis 2012, elle anime des rencontres littéraires au sein de l’association Lingeer, et est également co-organisatrice du festival Bruxelles/Africapitales.

Rokia Bamba est DJ dans des lieux afro-féministes bruxellois et parisien, tels que Globalicious, Afropunk, La Colonie, Massimadi et le festival « New Afro Ke-Pon », dont elle sera commissaire pour la première édition belge en 2020. Elle possède un style unique mélangeant a cappella, groove et punk. Elle travaille également comme compositrice de pièces sonores artistiques et a participé au concert de l’Orchestre Populaire de Bruxelles à L’Ancienne Belgique avec le chanteur Arno (2017) et à la pièce de poésie « Ceci n’est pas un poème II » (Bozar 2016).