Art pour grandir

Pour la quatrième année consécutive, la Maison de la Poésie prend part au programme L’Art pour Grandir de la ville de Paris, dispositif qui vise à familiariser les enfants et jeunes parisiens avec la pratique artistique et les établissements culturels. Dans ce cadre, la poète Anne Mulpas, en résidence d’auteur à la Maison de la Poésie, imagine et anime des ateliers poétiques mêlant écriture, création plastique et numérique avec trois classes de collèges parisiens.

L’atelier s’appuie sur l’importance de la transversalité, du dialogue entre différents médiums (littérature, arts plastiques, créations sonores et vidéos), avec pour objectif de faire découvrir aux collégiens d’autres usages des outils quotidiens que sont pour eux le stylo, le papier, l’ordinateur, le smartphone…, ainsi qu’une autre utilisation du contenu de ces outils. 

En 2020-2021, Anne Mulpas poursuit avec les élèves du collège Montgolfier (Paris 3e) et du collège Madame de Staël (Paris 15e) ses recherches sur le Palimpseste, cette fois autour de la notion de fantômes textuels. 

Le palimpseste (du grec ancien παλίμψηστος / palímpsêstos, « gratté de nouveau ») est un manuscrit écrit sur un parchemin préalablement utilisé et dont on a fait disparaître les inscriptions pour y écrire de nouveau. 

Un texte littéraire, un poème, sont des formes traversées et peuplées de références historiques, culturelles et intimes. Ils « racontent plus qu’ils n’en disent ». Il est alors question d’explorer avec les trois classes du programme ce qui hante notre parole, ce qui s’y dissimule. Comment donner à voir par l’acte poétique la polyphonie de notre esprit, de notre imaginaire ?

Les élèves réfléchissent ainsi à ce que raconte le thème de la hantise, avant de constituer des poèmes. 

Lors d’une sortie à Anis Gras, centre culturel de Nanterre où se trouve l’atelier d’Anne Mulpas, les élèves offriront une nouvelle dimension plastique à leurs poèmes. Les feuillets manuscrits s’aggloméreront sur des toiles afin de constituer deux palimpsestes mêlant leurs poèmes et leurs voix. Ces tableaux-poèmes seront ensuite numérisés (scannés et photographiés) et augmentés d’une création sonore composée d’extraits lus. 

 

Et si nous étions nous-mêmes notre propre palimpseste ? 
Si le poème était ce qui vient nous gratter ? 
Et révèle ce qui se dissimule en nous – tout en chevauchements, 
révélations et dissimulations ?

intervenante

Anne Mulpas

NOS PARTENAIRES