Le projet

nouveau-projet_director
Olivier Chaudenson,
Directeur de la Maison de la Poésie


Ce nouveau projet consiste à revenir plus radicalement au nom même du lieu et à en faire une Maison au sens le plus fort du terme, à la fois curieuse, audacieuse et accueillante. Cette Maison ne sera donc plus conçue à la manière d’un théâtre comme c’était le cas jusqu’à présent (avec une programmation annuelle de spectacles fixée en amont) mais comme un lieu dédié aux auteurs, à la littérature et à son actualité.
Remettre les auteurs au cœur du projet

Cette évolution repose d’abord sur la volonté de remettre les auteurs au cœur du projet, selon toutes les façons de leur donner la parole : rencontres, débats, lectures, performances… Le nouveau projet se veut également davantage centré sur la lecture et ses hybridations fertiles : lectures musicales, lectures projections, dispositifs… Avec pour cœur la poésie mais ouverte à tous les registres de la littérature, cette maison constituera ainsi un lieu dédié à la voix des poètes et des écrivains, un point de ralliement pour toutes les formes contemporaines de rencontres entre les auteurs, les textes et le public.Au service des auteurs et des acteurs du livre, son objectif sera de transmettre la littérature dans toute sa diversité, de renforcer le désir de lecture et de stimuler la curiosité du public.

La littérature en scène, nouvelle forme de rencontre entre les auteurs et le public

Pleinement en phase avec les enjeux actuels et les attentes du public, ce projet inédit d’un lieu dédié à la « littérature en scène » repose sur plusieurs constats :

  • Les écrivains ne disposent pas – ni à Paris ni ailleurs en France – d’un lieu dédié, permanent et adapté en termes de rencontres publiques : lectures, performances, débats, présentations d’ouvrages…
  • Pourtant, depuis une quinzaine d’années, la littérature est marquée par l’essor de nouvelles formes d’expressions (lectures d’auteurs et de comédiens, croisements entre le texte et d’autres formes de création) qui nécessitent un minimum de moyens techniques et scéniques et ne peuvent ainsi se déployer correctement faute de lieux dédiés et adaptés.
  • Ce goût de la scène, de la lecture et de la performance, qui autrefois était principalement l’apanage de la poésie sonore, concerne désormais toutes les catégories d’auteurs et tous les genres littéraires. L’émergence d’une nouvelle génération d’événements littéraires, un peu partout en France, atteste de cette évolution.

 

Cependant, aucune structure permanente n’avait jusqu’à présent pris en compte cette évolution. Cette littérature en scène peine à trouver sa place et n’existe que de façon événementielle, éclatée et sporadique, au gré des possibilités d’accueil. Ce développement du « live » en littérature est pourtant un phénomène important qui produit des effets sur plusieurs plans :

  • en proposant au public une autre façon d’accéder aux textes et aux auteurs ;
  • en générant de nouvelles formes artistiques à partir et au service de la littérature ;
  • en offrant aux écrivains une nouvelle source de rémunération liée à leur prestation.

Aujourd’hui, il manque donc clairement un point de ralliement pour ces nouveaux modes de rencontres entre les auteurs, les textes et le public. Un lieu qui symbolise, accompagne et amplifie cette revitalisation de la littérature par la scène.

Un lieu qui dépoussière l’image de la littérature

Renouveler le fonctionnement de la Maison de la Poésie donne l’occasion de prendre en compte ce nouveau type de médiation entre le texte et le public et de faire émerger un lieu qui incarne un état d’esprit nouveau à l’égard d’un domaine littéraire trop souvent perçu comme élitiste et réservé à un public âgé ou lettré.
Un lieu ouvert, vivant et foisonnant proche de l’esprit des « scènes de musiques actuelles », dont le programme se renouvelle chaque jour ou presque, développant une convivialité et une aisance d’accès propres aux lieux musicaux. Le lieu de la « littérature live » qui sache aussi bien s’adresser à ceux qui ont toujours un livre en poche qu’à ceux qui découvriront le texte porté autrement, par la scène, la voix, la musique, l’image, l’écran…