Jeudi 12 décembre 2013 - 19H00

Non classé

En pleine figure – Haïkus de la guerre de 14-18

En pleine figure – Haïkus de la guerre de 14-18

Avec Dominique Chipot, Bruno Doucey et la participation de Jean Rouaud

Tarif : 5 € / adhérent : 0 € RÉSERVER

Cette soirée de lancement d’une anthologie, à bien des égards exceptionnelle, bouscule d’emblée une idée reçue : non, l’art du haïku ne fut pas découvert en France après la destruction d’Hiroshima. Pour preuve, ces poètes initiés à la sensibilité japonaise qui écrivaient déjà des haï-kaïs lors de la Première Guerre mondiale. Qui sont-ils ? De jeunes poètes qui avaient rendez-vous avec la mort. Mais encore ?
Leurs noms sont aujourd’hui méconnus mais ils ont suscité l’admiration d’Apollinaire, de Max Jacob ou de Paul Eluard. Quant à leurs textes… ils sont plus que de simples poèmes : ce sont des projectiles, des éclats d’humanité, des brisures d’espoir, de révolte, de peur ou de vie. La fulgurance du fragment face au désastre de la guerre.

 

À lireEn pleine figure – Haïkus de la guerre de 14-18, anthologie établie par Dominique Chipot, préface de Jean Rouaud, Éditions Bruno Doucey, 2013.

 

Extraits : 

En pleine figure,
La balle mortelle.
On a dit : au cœur – à sa mère.
René Maublanc
 
Cla, cla, cla, cla, cla…
Ton bruit sinistre, mitrailleuse,
Squelette comptant ses doigts sur ses dents.
Julien Vocance
 
Dans un trou du sol, la nuit,
En face d’une armée immense,
Deux hommes.
Julien Vocance